Se connecter à l'Ent

L'identifiant ou le mot de passe est incorrect.

Connexion depuis un environnement sécurisé
Si vous êtes dans un lieu sécurisé et que vous considérez qu’il n’y a pas de risque que quelqu’un s’empare de votre session (pendant une courte absence de votre part ou à votre départ si vous avez oublié de vous déconnecter), vous pouvez cocher cette case pour prolonger votre session pendant 6 heures

L'identifiant ou le mot de passe est incorrect.

L'ENT est actuellement indisponible suite à un problème indépendant de notre volonté. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour ce désagrément. Soyez assurés que nous faisons le maximum pour rétablir la situation au plus vite. Si vous souhaitez être informés dès la réouverture du service, merci de nous communiquer votre adresse mail. Cette adresse mail sera utilisée uniquement à cette fin et ne sera pas conservée.

En élémentaire et en maternelle, tout le monde sur PCN

Au 38-40 boulevard de Reims (Paris XVII), de la petite section au CM2, toutes les classes de l’école polyvalente utilisent Paris Classe Numérique. Découvrons comment s’est démocratisée l’utilisation de l’ENT après sa deuxième rentrée scolaire.

Un déploiement progressif et inclusif

Après une première année de découverte de Paris Classe Numérique, les enseignant·e·s des treize classes de l’école se sont saisi·e·s des différentes applications de l’ENT.  L’équipe pédagogique entraine avec elle parents et élèves.

Pour la directrice Malika Nessah, tout l’enjeu de PCN réside dans la possibilité de toucher les parents et, en premier lieu, ceux qui communiquent difficilement avec l’école ou ceux dont les enfants ont des difficultés scolaires. Inscrite dans un Réseau d’éducation prioritaire, l’école polyvalente du Boulevard de Reims a bénéficié du dispositif « Tous mobilisés pour les écoles et les collèges prioritaires ». Cette initiative, portée par la Ville de Paris et l’Education nationale, permet d’organiser des formations à destination des parents afin de leur montrer comment utiliser l’ENT. Autre priorité des enseignant·e·s : les parents ayant des difficultés de lecture. Des aménagements dans la présentation des informations sur PCN rendront le contenu plus explicite et aideront à les intégrer à la démarche de coéducation.

« Mon premier canal de communication avec les parents c’est l’onglet Actualités. Je suis sûre que les parents sont au courant des principales informations et des événements à venir dans l’école. Je les ai d’ailleurs informés en début d’année que je répondrai uniquement aux messages que je reçois sur ma messagerie PCN » explique la directrice. « Je stocke également sur l’espace documentaire tous les documents et formulaires dont les enseignants et les parents pourraient avoir besoin au cours de l’année ».

Cette année, elle a même ouvert un blog sur PCN afin de restituer les débats et décisions prises pendant le conseil des élèves qui a lieu sur le temps périscolaire.

Le chemin de la dématérialisation

L’enseignante-référente PCN, Liza Smadja, décide de jouer au maximum la carte du numérique dans sa classe de CE2. Outre le tableau blanc interactif dont elle se sert notamment pour animer ses cours de mathématiques, l’enseignante demande à ses élèves d’utiliser l’ENT quotidiennement, en classe et à la maison. Un sondage réalisé en début d’année lui a permis de bien connaitre les moyens d’accès Internet dont les enfants disposaient chez eux, ce qui l’a conduit à enregistrer les devoirs via le cahier de textes de PCN.

« Toutes les semaines, je désigne un élève responsable des devoirs. Il est chargé d’inscrire le travail à faire dans l’ENT. Le nouveau responsable est ensuite formé par l’ancien. J’ai aussi pris le temps sur la pause du midi d’enseigner aux enfants comment utiliser PCN : comment configurer leur mot de passe, etc. J’incite aussi un peu les parents. Par exemple, cette semaine nous avons une sortie. Je ne l’ai annoncée que sur le carnet de liaison de l’ENT. Je les tiens également au courant grâce à un blog à leur attention ».

Le chemin du multimédia

Autre service de PCN très apprécié de cette enseignante : le cahier multimédia. A terme, elle souhaiterait dématérialiser complètement les cahiers de leçons des élèves et atteindre l’objectif « zéro photocopie ». Déjà, elle intègre des contenus multimédias dans les cahier de leçons. À l’aide de codes QR (codes représentant des adresses Internet pouvant être rapidement lues au moyen d’une application sur smartphone), l’enseignante inclut des vidéos dans les leçons. Le cahier de préparation des dictées et le cahier de poésie sont également intégrés à l’ENT. Cela permet aux élèves absents de retrouver en ligne ce qu’ils ont manqué en classe. Pour Liza Smadja, la démarche de dématérialisation change les habitudes. Elle observe que les élèves s’y soumettent et l’acceptent mieux et plus facilement que les parents et les enseignants.

Utiliser le clavier est la principale difficulté rencontrée par les enfants. « Les tablettes sont beaucoup plus intuitives pour les élèves. Ils ont vraiment la culture du tactile parce qu’à la maison il y a souvent des tablettes et plus souvent encore des smartphones. J’ai même déjà surpris un de mes élèves en train de toucher l’écran de l’ordinateur pour faire glisser un document. J’ai dû lui expliquer que les ordinateurs fonctionnaient rarement ainsi ».

Michele Léger enseigne en CP à temps partiel dans l’école. Elle a été formée à l’utilisation de PCN par sa collègue de CE2 : « Grâce au cahier de textes en ligne et aux actualités je peux suivre les activités et le travail de mes élèves lorsque je ne suis pas dans l’école, ce qui est très pratique pour assurer la transition avec ma collègue avec qui je partage cette classe » souligne-t-elle.

Apprendre à coder

Dans sa classe de CE2, Liza Smadja initie également ses élèves aux principes du codage informatique, en commençant par des exercices « débranchés » qui prennent la forme d’ateliers de motricité dans l’espace. L’objectif final est de coder les déplacements d’un robot et, pour cela, il faut comprendre comment associer une commande à une action.

« Je me suis rendu compte que le travail de codage du déplacement est très utile pour l’acquisition de compétences en géométrie dans l’espace, sur tout ce qui est quadrillage et symétrie. D’habitude, c’est difficile mais avec cette méthode nouvelle, je remarque que c’est beaucoup plus simple pour les enfants ».

Ce travail intéresse d’autres enseignants, notamment une collègue dont les classes sont décloisonnées pendant des ateliers de langues, ce qui lui permet de pratiquer le codage en anglais.

Quand la maternelle s’y met

En maternelle aussi, on utilise PCN. A l’entrée de chacune des classes de petite, moyenne et grande section, un panneau d’information invite les parents à visiter le blog de la classe sur l’ENT.

Célia Césaire-Gédéon aspire elle aussi à faire passer le cahier de vie de ses élèves de grande section à une version numérique sur PCN. Cela permettra de consacrer moins de temps au cahier papier des élèves et davantage à l’ajout de commentaires personnalisés. Elle espère ainsi assurer un meilleur suivi de l’acquisition des compétences de chacun.

Par ailleurs, les tablettes permettent aux enfants de travailler en autonomie. « Une fois qu’ils ont terminé une activité, je demande à mes élèves de photographier leur réalisation. Ils doivent mettre leur étiquette nominative dans le champ de la photo. Ainsi, ils n’ont pas besoin de venir vers moi pour me montrer leur travail. Je peux apprécier et évaluer globalement en fin de journée » explique Célia Césaire-Gédéon.

Les enfants en bas âge travaillent facilement avec les outils numériques. C’est une raison de plus pour leur apprendre à bien s’en servir. L’ENT est un support bien adapté pour adopter des pratiques du numérique raisonnées et respectueuses.

Après un tel tour d’horizon, nous comprenons que l’équipe éducative de l’école du boulevard de Reims se félicite de cette deuxième rentrée sur PCN : tout cela annonce une année riche en nouveautés !

 

Rechercher
retour en haut de la page