fr

Le numérique au coeur des usages des documentalistes

Les professeurs-documentalistes des collèges de l’académie de Paris étaient les invités du GIPTIC à l’ESPE des Batignolles le 31 mai dernier pour une demi-journée d’information consacrée au numérique. Une cinquantaine de professeurs-documentalistes étaient présents pour découvrir où redécouvrir les potentialités offertes par le web et par ses outils. Il leur fut plusieurs fois rappelé que les GIPTIC (Groupes d'Intégration Pédagogiques des Technologies de l'Information et de la Communication) organisent régulièrement des formations sur ces sujets.

LL

 

Un parcours de quatre ateliers comportant chacun deux présentations était proposé aux participants :

  • Enseigner autrement : analyse des services proposés par Internet pour l’école et présentation de Powtoon
  • Publier : comment créer un e-book et présentation de Calameo
  • Partager : présentation de Diigo, outil pour la veille professionnelle et de Picktochart, outil de création d’infographie
  • Ressources : présentations de Videolib et de PCN

La présentation des usages et des fonctionnalités de l'ENT (disponible ici) était assurée par la société Next Education et par Didier Feryn, professeur-documentaliste et référent numérique au collège Germaine Tillion. Concernant Paris Classe Numérique, l’objectif de l’atelier était de présenter la solution et ses principaux services et sensibiliser les professeurs documentalistes aux usages qui peuvent être développés.

La présentation du projet et de la solution Paris Classe Numérique a permis à ceux qui le découvraient de comprendre la différence entre un ENT et un outil de vie scolaire et aux plus aguerris de découvrir certaines potentialités cachées de l’outil.

La présentation de PCN a par ailleurs suscité de nombreux échanges autour de ses usages et des problèmes entrainés par  le statut « d’administratif » qui est celui des professeurs documentalistes dans l’ENT. Dans les annuaires transférés par l’académie en effet, ils ne font pas partie de l’équipe pédagogique et le profil correspondant ne peut pas leur être attribué. Par ailleurs, plusieurs participants ont observé que les nouvelles publications sur les blogs ne sont pas notifiées à ceux qui les suivent. Deux pistes d’amélioration à suivre pour la suite…

 

L’ENT, un outil « incontournable » pour les professeurs-documentalistes ?

 

Didier Feryn, que nous avions déjà interrogé dans son établissement, est l’un des organisateurs de cette journée. Il est très attaché à l’insertion du numérique au collège, en particulier au CDI. Il est par ailleurs un fervent utilisateur de l’ENT, convaincu de son intérêt pour le métier de professeur-documentaliste.

« PCN est encore peu utilisé par les documentalistes qui ne connaissent pas forcément toutes ses possibilités. Cela va certainement changer avec le déploiement du Plan numérique. Le droit d’auteur va se durcir et on ne pourra plus publier aussi facilement sans précautions. Nous sommes dans une période intermédiaire. L’ENT permet déjà de faire jouer l’exception pédagogique car c’est un prolongement de la classe, ce qui n’est pas le cas avec e-sidoc par exemple, très utilisé par les documentalistes. On est encore aux prémices. Un jour, nous serons tous habitués à utiliser l’ENT. C’est un outil qui va devenir incontournable, en particulier sur la question du droit d’auteur ».

 

De l’exception pédagogique dans l’ENT

 

GIPTIC

fiche explicative distribuée par Didier Feryn

L’article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle autorise « la représentation ou la reproduction d’extraits d’œuvres […] à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche […] ».

L’exception pédagogique est encadrée par des protocoles d’accords entre l’Education Nationale et les titulaires de droits sur les livres, les œuvres musicales, les publications périodiques, les œuvres des arts visuels. Le protocole signé en 2014 décrit le cadre pédagogique dans lequel les œuvres protégées peuvent être diffusées. En particulier dans l’ENT, considéré comme un lieu clos et un prolongement de la classe.

Les utilisateurs doivent s'assurer que l'œuvre protégée à laquelle ils souhaitent recourir (extraits d'œuvres ou, dans leur forme intégrale, œuvres des arts visuels) entre bien dans le champ de l'accord. Un moteur de recherche est disponible à cet effet sur le site Internet du CFC.

Le dernier accord reprend un des aspects attendus de la loi de refondation (loi Peillon) précisant que les usages autorisés peuvent se dérouler sur un réseau informatique d'établissement dont l'accès est protégé par des procédures d'identification (code d'accès et mot de passe), ce qui est bien le cas de l’ENT.