fr

PCN tous les jours

Au collège Suzanne Lacore (Paris – XIXème), Paris Classe Numérique fait partie du quotidien. Les 375 élèves, les enseignants et l’administration utilisent tous les jours l’ENT depuis l’ouverture de l’établissement en septembre 2014. Collège préfigurateur du Plan numérique pour l’éducation, le collège Suzanne Lacore fonctionne entièrement avec des livres numériques et entame cette année une expérimentation de l’usage généralisé des tablettes dans une de ses classes de 5ème.

Gilles Bassignac
Côté élèves

Dès leur entrée en 6ème, les collégiens s’approprient l’ENT qui devient alors leur principal outil de travail. Arone et Raïd en témoignent.

« Le jour de la rentrée, le prof principal nous distribue un papier avec notre identifiant et notre mot de passe. On doit le coller dans l’agenda au cas où on l’oublie mais comme on se connecte tous les jours, on le connait tous par cœur ! Je vais toujours voir le cahier de textes. Comme ça, je peux voir les exercices que les profs demandent. Sur mon agenda, je n’ai pas toujours le temps de tout noter. ».

Raïd est bien d’accord : « C’est très facile, après les cours, je rentre chez moi et je me connecte. Sur la page d’accueil, il y a un message avec les réunions, les informations sur le club lecture et plein d’autres choses. Après, je vais directement ouvrir les livres numériques pour faire les devoirs». 

Des livres numériques, le collège Suzanne Lacore en acquiert régulièrement de nouveaux, « On vient d’avoir un nouveau manuel, celui pour notre enseignement intégré de science et technologie (EIST) ». Pour les parents d’élèves, également dotés d’un compte PCN, l’ENT est un moyen de rester informés de la vie de l’établissement et de la scolarité de leurs enfants. Les parents peuvent consulter les relevés de notes et les informations sur les réunions les concernant.

Maïness et Yasmine, élèves de 6ème témoignent elles aussi de leur utilisation quotidienne de PCN.

Maïness : « Je vais sur l’ENT tous les jours. Je regarde : les profs absents, les notes, le cahier de textes, l’emploi du temps. Les manuels aussi. Ils marchent presque toujours mais parfois, ils ne marchent pas. »

Yasmine : « En mathématiques, on a des pièces jointes avec des exercices. Tous les profs sont sur l’ENT : maths, anglais, français, histoire géographie. Oui, tous les profs ! Se servir de l’ENT, ce n’est pas difficile. La professeure principale nous a montré, les autres professeurs aussi, ils nous ont montré. »

« Notre cartable est léger. Regardez ! Il n’y a rien dedans, juste des cahiers et un classeur. »

Gilles Bassignac

Déjà bien ancrée en 6ème, l’utilisation de l’ENT est encore plus évidente pour les élèves de 3ème, très à l’aise avec les différentes ressources à leur disposition. Chaima et Jackson témoignent.

Chaima : « A la maison, j’ai un ordinateur portable que je partage avec mon frère. Il me sert surtout à travailler. Je suis plutôt une bonne élève. L’an prochain, je voudrais aller en seconde au lycée Sophie Germain. Je me connecte sur l’ENT, je regarde mes devoirs, je vais sur les manuels. Les professeurs nous laissent des liens vers des vidéos, des PDF, les diaporamas des cours. Depuis que je suis dans ce collège, depuis la 5e, je n’ai jamais eu de manuels papier. C’est mieux, le sac est léger. La messagerie, je ne m’en sers pas beaucoup. Je sais que je peux poser des questions au professeur. Mais, je ne l’ai fait qu’une fois ou deux. Si Internet ne marche pas chez moi, je sais que je peux aller au CDI. Mais ça n’arrive jamais. »

Gilles Bassignac

Jackson : « Je suis arrivé ici en 5e. Je vais sur l’ENT tous les jours (mais pas le week-end…). Je vais dans Vie scolaire puis le cahier de textes. Je regarde tout ce qu’on doit faire pour les prochaines fois. Les manuels, on s’en sert pour les exercices, en maths par exemple. Mais les exercices, on les fait dans le cahier. Oui, je suis bon élève, surtout en maths. L’année prochaine, je voudrais aller à Louis le Grand. »

Gilles Bassignac

 
Côté enseignants

Pour les enseignants, l’utilisation de l’ENT et du numérique en général est un facteur d’innovation pédagogique et de motivation pour des élèves en difficulté. Camille, professeur de SVT nous livre son expérience.

Gilles Bassignac

« J’enseigne les SVT dans ce collège depuis deux ans. Au début de l’année, nous avions des problèmes avec les vidéo-projecteurs, alors je me suis beaucoup servie des tablettes. Pour une séance de deux heures par exemple, je les ai fait travailler sur une tâche complexe, en commençant par une vidéo. Ils allaient chercher les documents dans l’espace de travail de l’ENT en se connectant par le Wifi. En septembre, nous avons fait une séance sur les séismes avec une vidéo sur le tremblement de terre de cet été en Italie à Amatrice. C’était la situation de départ.
Dans nos classes, nous avons beaucoup d’élèves en difficulté. Il est clair que le numérique les motive. Mais non, ce n’est pas une source de distraction. Et puis, c’est pratique, nous avons réduit le nombre de photocopies. Dans le manuel numérique, il y a tout ce qu’il faut pour travailler. Je m’intéresse aussi à la pédagogie inversée, j’ai fait quelques essais. Mais ce n’est pas facile, j’ai besoin de formation. »

Morgane, professeur d’anglais, explique ses usages de l’ENT.

Gilles Bassignac

« J’enseigne dans ce collège depuis son ouverture. Les classes sont bien équipées. Le vidéoprojecteur interactif, je m’en sers tous les jours. Et je me sers de l’ENT tous les jours aussi. Pour les absences, nous faisons l’appel par l’ENT. Mais je me sers surtout de l’ENT pour l’enseignement. J’ai découvert les Padlet lors d’une formation il y a deux ans et, depuis, je m’en sers régulièrement. C’est un moyen pour prolonger le cours. 

Collège Suzanne Lacore

Sur le thème traité, je construis une fiche de travail qui peut comporter une ou deux vidéos, des fiches, des exercices interactifs de type quizz que je réalise avec Hot Potatoes. Ensuite j’enregistre le lien du Padlet dans les signets de l’ENT. Comme j’en ai produit beaucoup, je les ai classés par thèmes et les élèves peuvent les retrouver facilement. Au début, je les réservais à mes élèves et puis, je me suis dit que c’était dommage et j’ai réussi à bidouiller les paramètres pour rendre mes signets accessibles à tous les élèves du collège et même aux parents. J’ai eu des retours positifs de parents qui pouvaient grâce à cela accompagner leurs enfants pour un travail simple à la maison.

Notre manuel numérique fonctionne bien maintenant, mais n’a pas été accessible en début d’année, je ne comprends pas pourquoi. Après, l’accès par l’ENT c’est pratique pour les élèves.
On utilise aussi beaucoup l’agenda partagé du collège, très utile pour organiser des réunions. On est informé des dates des sorties, des rendez-vous avec les parents. Ce qui me gêne un peu, c’est l’ergonomie de l’ENT, pas toujours très adaptée et les noms des services, pas toujours explicites. Mieux vaudrait peut-être des icônes. »

L’ENT offre un accès vers les manuels numériques proposés par les éditeurs, il est donc nécessaire que les manuels soient bien rendus disponibles pour y accéder.

 
Du côté de la documentaliste

Isabelle Ouvrard, documentaliste au collège depuis la rentrée, utilise l’ENT pour diffuser des informations et maintenir à jour les heures d’ouverture du CDI. De façon générale, elle exploite les ressources numériques pour mettre en place des activités pédagogiques : « Nous disposons d’un club lecture au sein du collège. Les élèves lisent les ouvrages retenus avec les liseuses du CDI et commentent leur lecture. Cette année nous avons décidé d’innover dans les activités en proposant aux élèves de se filmer pour faire connaitre leurs critiques. Ils se filmeront à l’aide des tablettes à disposition dans l’établissement. C’est qu’on appelle les Booktubers. »

 
Du côté de la Principale

Pour Aurore Metenier, principale de l’établissement, l’ENT est aussi un outil dont il lui serait à présent difficile de se passer.

Gilles Bassignac

« En tant que principale, j’utilise l’agenda de direction quotidiennement. J’alimente également les informations et l’agenda du collège consultable par tout le personnel de l’établissement. En revanche, je n’utilise pas la messagerie car je ne la juge pas suffisamment fiable. Les espaces de travail demeurent longs à charger mais certains enseignants commencent à les alimenter. On sent des progrès dans le fonctionnement de PCN. Nous avons été agréablement surpris par le chargement des annuaires cette année, tout s’est déroulé sans encombre. »

Pour l’instant, la principale du collège demeure la seule administratrice de l’ENT. Le collège étant encore tout jeune et les effectifs croissants, Mme Metenier n’a pas encore trouvé le temps pour former et désigner un administrateur qui pourrait l’épauler. Avis aux amateurs !